Dans notre société, nous sommes de plus en plus confrontés au stress. Aujourd’hui, tout le monde se dit stressé par son environnement familial ou professionnel, par la conjoncture économique, par quantité d’autres paramètres. Est-ce donc un effet de mode ou bien la façon de vivre que nous avons mis en place qui ne convient peut-être pas forcément à l’être humain ?
L’homme se perd, perd ses repères, il n’est plus en communion avec son environnement, le perçoit comme un agresseur et réagit en agressé : le corps souffre et parle à travers un florilège de maux. Ou bien c’est l’esprit qui souffre et la personne connaîtra alors un épisode dépressif plus ou poins important.
Le stress est ce stimulus qui nous permet de nous adapter aux changements de la vie. Cette adaptation est justement ce qui donne un sens à notre vie. Mais quand l’homme se perd, il fournit une réponse inadaptée à ces changements. L’homme s’éloigne alors de l’écologie globale à laquelle tenait tant David Servan Schreiber *.
La sophrologie permet de rétablir l’homéostasie de l’être à travers l’action positive. Le sophrologue dans son rôle de guide, permettra à la personne d’avoir accès à ses ressources intérieures, afin de pouvoir à nouveau fournir une réponse adaptée au stimulus que constitue le stress.
* « On peut se dire au revoir plusieurs fois » D. Servan Schreiber

Pin It on Pinterest